Archives

Dans ton cœur

La célèbre compagnie Akoreacro défend, depuis 10 ans, un cirque populaire, nouveau, et de grande qualité acrobatique. Viscéral et généreux, ce collectif d’artistes revendique un langage unique entre musique et acrobatie. Le spectacle « ne laisse pas une minute de répit : alternant prouesses impressionnantes et humour décalé » (Le soir)

Dans ton coeur est le premier spectacle du metteur en scène Pierre Guillois au sein de la compagnie. Ce maître-ès-dérision invente à cette occasion un langage commun entre l’écriture et l’acrobatie. À partir du quotidien d’un couple surgissent des situations banales qui dérapent et donnent naissance à de folles acrobaties. Les artistes d’Akoreacro entrelacent les gestes familiers aux pirouettes les plus incroyables et subliment les petits riens en prouesses de plus en plus dingues. L’électroménager s’en mêle, tandis que les corps s’envolent avec grâce au milieu de ce charivari acrobatique et musical.
« Les acrobaties riment parfois avec caresses, d’autres fois avec torgnoles. Les artistes qui volent sous le chapiteau planent par instant, s’entrechoquent peu après. Les mastards tout en muscle réceptionnent en douceur ou éjectent brutalement les corps légers qui leur sont confiés. Tel est le cirque. Le rire s’empare du chapiteau devenu fou à force d’amour enflammé et de ruptures sanglantes, sous l'envoûtante musique mi-ange mi-diable qui accompagne cette fresque enchantée de nos petites turpitudes. » Pierre Guillois

presse : « Résolument familial, Dans ton coeur ne vous laisse pas une minute de répit, alternant prouesses impressionnantes et moments plus décalés. Rarement a-t-on vu un spectacle de cirque se dépenser avec autant d’énergie. La performance acrobatique et les corps sculpturaux se mettent au service d’une fable comique et parodique sur le bonheur conjugal. » Catherine Makereel - Le soir Wallonie

Du vent dans la tête

Serge Boulier nous offre une vision optimiste sur l’apprentissage du savoir. Le spectacle se hisse à la hauteur des enfants et leur transmet l’envie d’apprendre, d’imaginer et d’échanger.

Le vent est-il fabriqué par les moulins à vent ? Les herbes sont-elles les cheveux de la terre et les jardiniers ses coiffeurs ? Peut-on arrêter le cours du temps en regardant très fort l’horloge ? A l’école, un petit garçon, à la tête pleine de trous et une petite fille, à la tête pleine de bouchons, partent à la recherche d’un chapeau que le vent a volé. Les idées fusent et les esprits se nourrissent l’un l’autre. La salle de classe et les pupitres d’écoliers deviennent chemins de voyage. Les deux complices s’offrent toutes les libertés. Celles de l’absurde, du dérisoire, du rire. « J’ai envie de mélanger dans ma trousse de vieil écolier quelques auteurs aux verbes délicieux. On a tous une foule de souvenirs de notre parcours d’écolier. Personnellement j’étais un élève moyen et très ordinaire. Mais je me souviens de la première de la classe comme du dernier. J’ai envie de vous parler de ces deux héros de ma classe. Et je demanderai à Jacques Prévert qu’il me prête les ânes de sa poésie pour écrire. Parce qu’au fond, être un âne, ce n’est pas bête… » Serge Boulier

Bouffou Théâtre à la coque est une compagnie qui, depuis 1986, crée et présente en France et à l’étranger des spectacles de marionnettes pour enfants et adultes.
Toujours dans une recherche de proximité et de partage d’émotions avec le public, Serge Boulier, directeur artistique de la compagnie, s’attache à mettre en scène jeux d’acteurs et marionnettes au service de propos qui tentent d’ouvrir de nouvelles portes vers de « possibles ailleurs ».

presse : « Un spectacle optimiste, plein de malice et de poésie, qui invite tous les enfants à faire « un pas pour apprendre, un pas pour respirer, un pas pour comprendre, un pas de côté. » Le Parisien
« Trouvailles langagières, objets détournés pour figurer voiture, bateau, avion, train, accessoires apparaissant d'une multitude de trappes, fenêtres et volets, jeu d'échelle (marionnettes de tailles différentes), parois mobiles... , tout cet ensemble crée la surprise et compose peu à peu une histoire tendre, sans nostalgie et teintée d'humour. Un beau spectacle où prendre le temps de rêver, d'inventer le monde, c'est grandir pas à pas. » Télérama

Comédie Crue

Yakich et Poupatché ou les improbables tribulations de deux familles qui découvrent que ce n'est le tout d'avoir marié le très laid avec la très laide, encore faut-il que le mariage, soit consommé.

Cette pièce qui en dite longue sur la condition humaine, mais aussi sur l'obscénité de nos sociétés dans leur rapport avec l'argent, le sexe et le pouvoir.

Déconseillé aux moins de 12 ans

Comédie Crue

Yakich et Poupatché ou les improbables tribulations de deux familles qui découvrent que ce n'est le tout d'avoir marié le très laid avec la très laide, encore faut-il que le mariage, soit consommé.

Cette pièce qui en dite longue sur la condition humaine, mais aussi sur l'obscénité de nos sociétés dans leur rapport avec l'argent, le sexe et le pouvoir.

Déconseillé aux moins de 12 ans

Comédie Crue

Yakich et Poupatché ou les improbables tribulations de deux familles qui découvrent que ce n'est le tout d'avoir marié le très laid avec la très laide, encore faut-il que le mariage, soit consommé.

Cette pièce qui en dite longue sur la condition humaine, mais aussi sur l'obscénité de nos sociétés dans leur rapport avec l'argent, le sexe et le pouvoir.

Déconseillé aux moins de 12 ans

Comédie Crue

Yakich et Poupatché ou les improbables tribulations de deux familles qui découvrent que ce n'est le tout d'avoir marié le très laid avec la très laide, encore faut-il que le mariage, soit consommé.

Cette pièce qui en dite longue sur la condition humaine, mais aussi sur l'obscénité de nos sociétés dans leur rapport avec l'argent, le sexe et le pouvoir.

Déconseillé aux moins de 12 ans

Comédie Crue

Yakich et Poupatché ou les improbables tribulations de deux familles qui découvrent que ce n'est le tout d'avoir marié le très laid avec la très laide, encore faut-il que le mariage, soit consommé.

Cette pièce qui en dite longue sur la condition humaine, mais aussi sur l'obscénité de nos sociétés dans leur rapport avec l'argent, le sexe et le pouvoir.

Déconseillé aux moins de 12 ans

Comédie Crue

Yakich et Poupatché ou les improbables tribulations de deux familles qui découvrent que ce n'est le tout d'avoir marié le très laid avec la très laide, encore faut-il que le mariage, soit consommé.

Cette pièce qui en dite longue sur la condition humaine, mais aussi sur l'obscénité de nos sociétés dans leur rapport avec l'argent, le sexe et le pouvoir.

Déconseillé aux moins de 12 ans

Comédie Crue

Yakich et Poupatché ou les improbables tribulations de deux familles qui découvrent que ce n'est le tout d'avoir marié le très laid avec la très laide, encore faut-il que le mariage, soit consommé.

Cette pièce qui en dite longue sur la condition humaine, mais aussi sur l'obscénité de nos sociétés dans leur rapport avec l'argent, le sexe et le pouvoir.

Déconseillé aux moins de 12 ans

Le petit bain

Imaginé pour les très jeunes spectateurs, Le Petit Bain est une création à partir d’une matière à la fois concrète et qui peut devenir une abstraction, un terrain de jeu pour l’imaginaire : la mousse de bain.

C’est un homme qui prend son bain. Non, c’est un danseur qui sculpte des nuages. Non, c’est plutôt un nuage qui prend dans ses bras un danseur. Non, c’est plutôt un homme qui crée des paysages pour mieux y disparaître. Non, c’est encore autre chose. « J’ai imaginé une pièce visuelle, sans texte, à partir d’une matière et d’un corps en mouvement. L’écriture de ce spectacle est donc intuitive, reliée à la matière (et aux variables de la matière), aux mouvements et à l’espace. C'est une expérimentation que je souhaite proposer aux spectateurs en deux temps : le temps de la représentation, puis le temps après la représentation. Ce spectacle permettra, je l’espère, de créer un dialogue entre l’adulte et l’enfant, entre les mots et les souvenirs du spectacle, à l’âge où l’on raconte des histoires aux petits après le bain.» Johanny Bert

Créateur engagé dans un dialogue avec le spectateur, Johanny Bert travaille souvent sur des temps de rencontres, de formations, de laboratoires ouverts en collaboration avec d’autres artistes. En 2004, il crée son deuxième spectacle Les Pieds dans les nuages, en partenariat avec La Comédie de Clermont-Ferrand - scène nationale à laquelle il sera associé de 2016 à 2018. En 2012, il est à la direction du Centre Dramatique National de Montluçon, qu’il quitte quatre ans après pour fonder sa compagnie, le Théâtre de Romette à Clermont-Ferrand. Ses créations sont régulièrement produites en collaboration avec différentes structures (Les Célestins à Lyon, Théâtre du Préau - Centre Dramatique National de Normandie, La Coursive Scène Nationale de La Rochelle…).

presse : « Au-delà de la magie technique, la matière passe d’une réalité concrète, familière, à un « terrain de jeu pour l’imaginaire » pour les petits spectateurs. Avec la complicité de Yann Raballant, l’expression artistique passe par le geste, le sensible, la beauté graphique et musicale. » Télérama TT

Dans ton cœur

La célèbre compagnie Akoreacro défend, depuis 10 ans, un cirque populaire, nouveau, et de grande qualité acrobatique. Viscéral et généreux, ce collectif d’artistes revendique un langage unique entre musique et acrobatie. Le spectacle « ne laisse pas une minute de répit : alternant prouesses impressionnantes et humour décalé » (Le soir)

Dans ton coeur est le premier spectacle du metteur en scène Pierre Guillois au sein de la compagnie. Ce maître-ès-dérision invente à cette occasion un langage commun entre l’écriture et l’acrobatie. À partir du quotidien d’un couple surgissent des situations banales qui dérapent et donnent naissance à de folles acrobaties. Les artistes d’Akoreacro entrelacent les gestes familiers aux pirouettes les plus incroyables et subliment les petits riens en prouesses de plus en plus dingues. L’électroménager s’en mêle, tandis que les corps s’envolent avec grâce au milieu de ce charivari acrobatique et musical.
« Les acrobaties riment parfois avec caresses, d’autres fois avec torgnoles. Les artistes qui volent sous le chapiteau planent par instant, s’entrechoquent peu après. Les mastards tout en muscle réceptionnent en douceur ou éjectent brutalement les corps légers qui leur sont confiés. Tel est le cirque. Le rire s’empare du chapiteau devenu fou à force d’amour enflammé et de ruptures sanglantes, sous l'envoûtante musique mi-ange mi-diable qui accompagne cette fresque enchantée de nos petites turpitudes. » Pierre Guillois

presse : « Résolument familial, Dans ton coeur ne vous laisse pas une minute de répit, alternant prouesses impressionnantes et moments plus décalés. Rarement a-t-on vu un spectacle de cirque se dépenser avec autant d’énergie. La performance acrobatique et les corps sculpturaux se mettent au service d’une fable comique et parodique sur le bonheur conjugal. » Catherine Makereel - Le soir Wallonie

De A à Zèbre

La compagnie Max et Maurice est déjà bien connue à Transversales, notamment pour leur spectacle Les Grands Fourneaux qui avait remporté un franc succès lors de leur précédente résidence à d'Evres-en-Argonne. Un retour attendu avec cette création enthousiasmante.

De A à Zèbre, c’est 26 lettres qui s'enchaînent ; 26 respirations pour se faire plaisir, pour rire, pour sourire, chanter, danser, poétiser librement sans aucune contrainte, laisser divaguer son esprit au gré des vents ; 26 signes comme une galerie de portraits avec des petits et des grands cadres, des portraits sombres, des portraits clairs, des qu’on préfère, d’autres qu’on trouve moches. 26 caractères pour montrer, s’il est encore besoin, que nous sommes multiples dans nos choix, qu’il n’y a pas une vérité, une direction. De A à Zèbre, un abécédaire absurde, libertaire et joyeux. « A longueur de temps, nous croulons sous les mots, qu’ils soient écrits, parlés, nous les lisons, les entendons. Ces assemblages de lettres font tellement partie de notre quotidien, comme l’air que nous respirons, que nous n’y faisons même plus attention. Et pourtant, imaginez une société sans mots, cela ne se peut pas. Rendons donc grâce à ces petits trucs qui nous paraissent insignifiants et qui sont pourtant essentiels à la communauté. » Emmanuel Gilleron

La Cie Max et Maurice a 30 ans. Quelque 900 représentations sous chapiteau en 20 ans de tournée sous toile, cela commence à faire. On pourrait au moins les décorer de l’ordre de la pince et de la masse. Cela a commencé par un duo, puis un trio, puis une équipe qui évolue au gré des projets mais qui garde un bon noyau, si tant est qu’il y en ait des mauvais. Encore une médaille en perspective : celle de la fidélité.

presse : « Les morceaux de bravoure, au trapèze, au fil de fer ou au jonglage, alternent avec des pauses plus poétiques, avec des morceaux chantés et burlesques un petit bijou d’inventivité. Bref, cela fonctionne très bien, petits et grands s’y retrouveront. » Ouest France
« C'est vif, joyeux, enlevé. Les artistes passent sans cesse de la piste à l'orchestre, car tous sont musiciens et poussent la chansonnette. » Les Echos