Archives

Comédie Crue

Yakich et Poupatché ou les improbables tribulations de deux familles qui découvrent que ce n'est le tout d'avoir marié le très laid avec la très laide, encore faut-il que le mariage, soit consommé.

Cette pièce qui en dite longue sur la condition humaine, mais aussi sur l'obscénité de nos sociétés dans leur rapport avec l'argent, le sexe et le pouvoir.

Déconseillé aux moins de 12 ans

Comédie Crue

Yakich et Poupatché ou les improbables tribulations de deux familles qui découvrent que ce n'est le tout d'avoir marié le très laid avec la très laide, encore faut-il que le mariage, soit consommé.

Cette pièce qui en dite longue sur la condition humaine, mais aussi sur l'obscénité de nos sociétés dans leur rapport avec l'argent, le sexe et le pouvoir.

Déconseillé aux moins de 12 ans

Comédie Crue

Yakich et Poupatché ou les improbables tribulations de deux familles qui découvrent que ce n'est le tout d'avoir marié le très laid avec la très laide, encore faut-il que le mariage, soit consommé.

Cette pièce qui en dite longue sur la condition humaine, mais aussi sur l'obscénité de nos sociétés dans leur rapport avec l'argent, le sexe et le pouvoir.

Déconseillé aux moins de 12 ans

Comédie Crue

Yakich et Poupatché ou les improbables tribulations de deux familles qui découvrent que ce n'est le tout d'avoir marié le très laid avec la très laide, encore faut-il que le mariage, soit consommé.

Cette pièce qui en dite longue sur la condition humaine, mais aussi sur l'obscénité de nos sociétés dans leur rapport avec l'argent, le sexe et le pouvoir.

Déconseillé aux moins de 12 ans

Le petit bain

Imaginé pour les très jeunes spectateurs, Le Petit Bain est une création à partir d’une matière à la fois concrète et qui peut devenir une abstraction, un terrain de jeu pour l’imaginaire : la mousse de bain.

C’est un homme qui prend son bain. Non, c’est un danseur qui sculpte des nuages. Non, c’est plutôt un nuage qui prend dans ses bras un danseur. Non, c’est plutôt un homme qui crée des paysages pour mieux y disparaître. Non, c’est encore autre chose. « J’ai imaginé une pièce visuelle, sans texte, à partir d’une matière et d’un corps en mouvement. L’écriture de ce spectacle est donc intuitive, reliée à la matière (et aux variables de la matière), aux mouvements et à l’espace. C'est une expérimentation que je souhaite proposer aux spectateurs en deux temps : le temps de la représentation, puis le temps après la représentation. Ce spectacle permettra, je l’espère, de créer un dialogue entre l’adulte et l’enfant, entre les mots et les souvenirs du spectacle, à l’âge où l’on raconte des histoires aux petits après le bain.» Johanny Bert

Créateur engagé dans un dialogue avec le spectateur, Johanny Bert travaille souvent sur des temps de rencontres, de formations, de laboratoires ouverts en collaboration avec d’autres artistes. En 2004, il crée son deuxième spectacle Les Pieds dans les nuages, en partenariat avec La Comédie de Clermont-Ferrand - scène nationale à laquelle il sera associé de 2016 à 2018. En 2012, il est à la direction du Centre Dramatique National de Montluçon, qu’il quitte quatre ans après pour fonder sa compagnie, le Théâtre de Romette à Clermont-Ferrand. Ses créations sont régulièrement produites en collaboration avec différentes structures (Les Célestins à Lyon, Théâtre du Préau - Centre Dramatique National de Normandie, La Coursive Scène Nationale de La Rochelle…).

presse : « Au-delà de la magie technique, la matière passe d’une réalité concrète, familière, à un « terrain de jeu pour l’imaginaire » pour les petits spectateurs. Avec la complicité de Yann Raballant, l’expression artistique passe par le geste, le sensible, la beauté graphique et musicale. » Télérama TT

Dans ton cœur

La célèbre compagnie Akoreacro défend, depuis 10 ans, un cirque populaire, nouveau, et de grande qualité acrobatique. Viscéral et généreux, ce collectif d’artistes revendique un langage unique entre musique et acrobatie. Le spectacle « ne laisse pas une minute de répit : alternant prouesses impressionnantes et humour décalé » (Le soir)

Dans ton coeur est le premier spectacle du metteur en scène Pierre Guillois au sein de la compagnie. Ce maître-ès-dérision invente à cette occasion un langage commun entre l’écriture et l’acrobatie. À partir du quotidien d’un couple surgissent des situations banales qui dérapent et donnent naissance à de folles acrobaties. Les artistes d’Akoreacro entrelacent les gestes familiers aux pirouettes les plus incroyables et subliment les petits riens en prouesses de plus en plus dingues. L’électroménager s’en mêle, tandis que les corps s’envolent avec grâce au milieu de ce charivari acrobatique et musical.
« Les acrobaties riment parfois avec caresses, d’autres fois avec torgnoles. Les artistes qui volent sous le chapiteau planent par instant, s’entrechoquent peu après. Les mastards tout en muscle réceptionnent en douceur ou éjectent brutalement les corps légers qui leur sont confiés. Tel est le cirque. Le rire s’empare du chapiteau devenu fou à force d’amour enflammé et de ruptures sanglantes, sous l'envoûtante musique mi-ange mi-diable qui accompagne cette fresque enchantée de nos petites turpitudes. » Pierre Guillois

presse : « Résolument familial, Dans ton coeur ne vous laisse pas une minute de répit, alternant prouesses impressionnantes et moments plus décalés. Rarement a-t-on vu un spectacle de cirque se dépenser avec autant d’énergie. La performance acrobatique et les corps sculpturaux se mettent au service d’une fable comique et parodique sur le bonheur conjugal. » Catherine Makereel - Le soir Wallonie

De A à Zèbre

La compagnie Max et Maurice est déjà bien connue à Transversales, notamment pour leur spectacle Les Grands Fourneaux qui avait remporté un franc succès lors de leur précédente résidence à d'Evres-en-Argonne. Un retour attendu avec cette création enthousiasmante.

De A à Zèbre, c’est 26 lettres qui s'enchaînent ; 26 respirations pour se faire plaisir, pour rire, pour sourire, chanter, danser, poétiser librement sans aucune contrainte, laisser divaguer son esprit au gré des vents ; 26 signes comme une galerie de portraits avec des petits et des grands cadres, des portraits sombres, des portraits clairs, des qu’on préfère, d’autres qu’on trouve moches. 26 caractères pour montrer, s’il est encore besoin, que nous sommes multiples dans nos choix, qu’il n’y a pas une vérité, une direction. De A à Zèbre, un abécédaire absurde, libertaire et joyeux. « A longueur de temps, nous croulons sous les mots, qu’ils soient écrits, parlés, nous les lisons, les entendons. Ces assemblages de lettres font tellement partie de notre quotidien, comme l’air que nous respirons, que nous n’y faisons même plus attention. Et pourtant, imaginez une société sans mots, cela ne se peut pas. Rendons donc grâce à ces petits trucs qui nous paraissent insignifiants et qui sont pourtant essentiels à la communauté. » Emmanuel Gilleron

La Cie Max et Maurice a 30 ans. Quelque 900 représentations sous chapiteau en 20 ans de tournée sous toile, cela commence à faire. On pourrait au moins les décorer de l’ordre de la pince et de la masse. Cela a commencé par un duo, puis un trio, puis une équipe qui évolue au gré des projets mais qui garde un bon noyau, si tant est qu’il y en ait des mauvais. Encore une médaille en perspective : celle de la fidélité.

presse : « Les morceaux de bravoure, au trapèze, au fil de fer ou au jonglage, alternent avec des pauses plus poétiques, avec des morceaux chantés et burlesques un petit bijou d’inventivité. Bref, cela fonctionne très bien, petits et grands s’y retrouveront. » Ouest France
« C'est vif, joyeux, enlevé. Les artistes passent sans cesse de la piste à l'orchestre, car tous sont musiciens et poussent la chansonnette. » Les Echos

Béatrice Berrut

Décrite par la presse internationale comme une « révélation, une pianiste exceptionnelle », Béatrice se produit à travers l’Europe et l’Amérique. « Avec sa sonorité ronde, ample et charpentée, Béatrice Berrut signe ainsi un des meilleurs albums lisztiens de notre époque.» Maciej Chizynski, Resmusica

Béatrice Berrut est décrite par la presse internationale comme une « révélation, une pianiste exceptionnelle » (Plain Dealer, Cleveland) qui « séduit par les différentes couches de génie et de beauté de son jeu » (Irish Times). Elle se produit à travers l’Europe et l’Amérique dans des salles prestigieuses telles la Philharmonie de Berlin, le Preston Bradley Hall de Chicago, le Wigmore Hall de Londres, la Tonhalle de Zurich, en récital ou en soliste avec des orchestres tels l’Orchestre Philharmonique de Dortmund, la Philharmonie Südwestfalen, l’Orchestre National des Pays de la Loire, l’Orchestre de la Radio Suisse Italienne, le North Czech Philharmonic… Elle se forme à la Hochschule für Musik « Hanns Eisler » de Berlin, où elle suivra durant cinq ans l’enseignement de Galina Iwanzowa, élève de Heinrich Neuhaus, et est également titulaire d’un Artist Diploma de la Royal Irish Academy of Music de Dublin, où elle s’est perfectionnée dans la classe de John O’Conor. Artiste aux multiples facettes, Béatrice Berrut s’adonne à la transcription d’oeuvres symphoniques pour le piano, et écrit sa musique, ce qui lui permet de parcourir les scènes et les festivals avec des programmes de récitals originaux et inédits. Sa discographie est louangée par la critique internationale, Fanfare Record Magazine compare ses interprétations à celles d’Horowitz et Classica parle de son album Liszt : Metanoia comme l’un des plus remarquables de ces dernières années.

presse : « Même les vibrations les plus infimes trouvent, sous les doigts de la pianiste suisse, une plénitude à leur mesure. » Jérémie Bigorie - Classica
« Dans un timing comparable à celui de Brendel (c’est-à-dire excellent), elle se jette à corps perdu dans cette fresque enflammée sans non plus tomber dans des excès de pathos. Son phrasé très naturel, lyrique, ample, sa façon d’unifier les divers épisodes en font une lecture organique. » Julian Sykes - Le Temps

OH !

Virginie Marouzé, que l’on connaît pour son travail avec des acteurs en situation de handicap (La passée, diffusée sur la saison 2017/2018 à Verdun) revient avec une nouvelle œuvre : une troupe atypique et émouvante, conduite comme un navire au milieu des flots et qui dessine une voie originale et d’une profonde humanité.

Un plateau nu, douze personnages ne sachant pas où aller ni quoi faire. Un treizième les invite à avancer, aller droit devant eux, droit dans le mur peut-être. Ils semblent avoir perdu tout sens de vie. Ensemble, comme une foule compacte et solidaire, dont émergent parfois d’étonnantes singularités, mais surtout seuls… Tous égarés, en quête de sens, de l’autre, ou tout du moins d’un chemin, ils sont enfermés dans cet endroit vide. Ils cherchent à savoir s’il y a une sortie. Une troupe atypique et émouvante, conduite comme un navire au milieu des flots et qui dessine une voie originale et d’une profonde humanité. « OH ! est une rencontre entre le rythme des mots, des corps, du son et du silence de douze acteurs et un musicien dans un pleins feux, sur un plateau que l’on dit « nu » au théâtre mais rempli par tous ces corps. Mots, corps et sons se juxtaposent en direct pour dire l’impossible, le réel et le silence. Un spectacle d’une troublante beauté au fil duquel le rire permet de dépasser l’angoisse. Et qui offre à croire encore profondément en l’humanité. » Virginie Marouzé

Créée en 2005 par Virginie Marouzé, la Cie Tout va bien ! met l’improvisation et l’écriture au plateau au centre de son processus créatif. Depuis avril 2018, la compagnie assure le volet artistique et production du DASAT (Dispositif d’Accompagnement par un Service d’Aide par le Travail) « La Mue du Lotus » qui professionnalise onze acteurs en situation de handicap mental et psychique. Elle est en partenariat avec le CAP’s de Rosières aux Salines qui en porte le volet social et l’association Espoir 54 qui apporte son accompagnement sur la partie handicap psychique.
Anthony Laguerre est musicien, compositeur, improvisateur et ingénieur du son. Il évolue dans des musiques telles que le noise, le rock mais aussi la musique improvisée. Les deux côtés du son, musicien et technicien, technicien et musicien, se rencontrent pour faire naître une seule pensée artistique qui lui permet de réaliser ses propres productions : de la conception à la réalisation.

presse : « OH ! est un spectacle dont on ressort pétri d’images fortes. Il ne s’agit pas de dire que le DASAT est un tabou, mais de prouver que les acteurs sont dans la recherche de leur singularité artistique Leur particularité est là, et ils font régulièrement chavirer le bateau, on est surpris en permanence et c’est formidable ! » Culture/Grand Est

OH !

Virginie Marouzé, que l’on connaît pour son travail avec des acteurs en situation de handicap (La passée, diffusée sur la saison 2017/2018 à Verdun) revient avec une nouvelle œuvre : une troupe atypique et émouvante, conduite comme un navire au milieu des flots et qui dessine une voie originale et d’une profonde humanité.

Un plateau nu, douze personnages ne sachant pas où aller ni quoi faire. Un treizième les invite à avancer, aller droit devant eux, droit dans le mur peut-être. Ils semblent avoir perdu tout sens de vie. Ensemble, comme une foule compacte et solidaire, dont émergent parfois d’étonnantes singularités, mais surtout seuls… Tous égarés, en quête de sens, de l’autre, ou tout du moins d’un chemin, ils sont enfermés dans cet endroit vide. Ils cherchent à savoir s’il y a une sortie. Une troupe atypique et émouvante, conduite comme un navire au milieu des flots et qui dessine une voie originale et d’une profonde humanité. « OH ! est une rencontre entre le rythme des mots, des corps, du son et du silence de douze acteurs et un musicien dans un pleins feux, sur un plateau que l’on dit « nu » au théâtre mais rempli par tous ces corps. Mots, corps et sons se juxtaposent en direct pour dire l’impossible, le réel et le silence. Un spectacle d’une troublante beauté au fil duquel le rire permet de dépasser l’angoisse. Et qui offre à croire encore profondément en l’humanité. » Virginie Marouzé

Créée en 2005 par Virginie Marouzé, la Cie Tout va bien ! met l’improvisation et l’écriture au plateau au centre de son processus créatif. Depuis avril 2018, la compagnie assure le volet artistique et production du DASAT (Dispositif d’Accompagnement par un Service d’Aide par le Travail) « La Mue du Lotus » qui professionnalise onze acteurs en situation de handicap mental et psychique. Elle est en partenariat avec le CAP’s de Rosières aux Salines qui en porte le volet social et l’association Espoir 54 qui apporte son accompagnement sur la partie handicap psychique.
Anthony Laguerre est musicien, compositeur, improvisateur et ingénieur du son. Il évolue dans des musiques telles que le noise, le rock mais aussi la musique improvisée. Les deux côtés du son, musicien et technicien, technicien et musicien, se rencontrent pour faire naître une seule pensée artistique qui lui permet de réaliser ses propres productions : de la conception à la réalisation.

presse : « OH ! est un spectacle dont on ressort pétri d’images fortes. Il ne s’agit pas de dire que le DASAT est un tabou, mais de prouver que les acteurs sont dans la recherche de leur singularité artistique Leur particularité est là, et ils font régulièrement chavirer le bateau, on est surpris en permanence et c’est formidable ! » Culture/Grand Est

OH !

Virginie Marouzé, que l’on connaît pour son travail avec des acteurs en situation de handicap (La passée, diffusée sur la saison 2017/2018 à Verdun) revient avec une nouvelle œuvre : une troupe atypique et émouvante, conduite comme un navire au milieu des flots et qui dessine une voie originale et d’une profonde humanité.

Un plateau nu, douze personnages ne sachant pas où aller ni quoi faire. Un treizième les invite à avancer, aller droit devant eux, droit dans le mur peut-être. Ils semblent avoir perdu tout sens de vie. Ensemble, comme une foule compacte et solidaire, dont émergent parfois d’étonnantes singularités, mais surtout seuls… Tous égarés, en quête de sens, de l’autre, ou tout du moins d’un chemin, ils sont enfermés dans cet endroit vide. Ils cherchent à savoir s’il y a une sortie. Une troupe atypique et émouvante, conduite comme un navire au milieu des flots et qui dessine une voie originale et d’une profonde humanité. « OH ! est une rencontre entre le rythme des mots, des corps, du son et du silence de douze acteurs et un musicien dans un pleins feux, sur un plateau que l’on dit « nu » au théâtre mais rempli par tous ces corps. Mots, corps et sons se juxtaposent en direct pour dire l’impossible, le réel et le silence. Un spectacle d’une troublante beauté au fil duquel le rire permet de dépasser l’angoisse. Et qui offre à croire encore profondément en l’humanité. » Virginie Marouzé

Créée en 2005 par Virginie Marouzé, la Cie Tout va bien ! met l’improvisation et l’écriture au plateau au centre de son processus créatif. Depuis avril 2018, la compagnie assure le volet artistique et production du DASAT (Dispositif d’Accompagnement par un Service d’Aide par le Travail) « La Mue du Lotus » qui professionnalise onze acteurs en situation de handicap mental et psychique. Elle est en partenariat avec le CAP’s de Rosières aux Salines qui en porte le volet social et l’association Espoir 54 qui apporte son accompagnement sur la partie handicap psychique.
Anthony Laguerre est musicien, compositeur, improvisateur et ingénieur du son. Il évolue dans des musiques telles que le noise, le rock mais aussi la musique improvisée. Les deux côtés du son, musicien et technicien, technicien et musicien, se rencontrent pour faire naître une seule pensée artistique qui lui permet de réaliser ses propres productions : de la conception à la réalisation.

presse : « OH ! est un spectacle dont on ressort pétri d’images fortes. Il ne s’agit pas de dire que le DASAT est un tabou, mais de prouver que les acteurs sont dans la recherche de leur singularité artistique Leur particularité est là, et ils font régulièrement chavirer le bateau, on est surpris en permanence et c’est formidable ! » Culture/Grand Est

OH !

Virginie Marouzé, que l’on connaît pour son travail avec des acteurs en situation de handicap (La passée, diffusée sur la saison 2017/2018 à Verdun) revient avec une nouvelle œuvre : une troupe atypique et émouvante, conduite comme un navire au milieu des flots et qui dessine une voie originale et d’une profonde humanité.

Un plateau nu, douze personnages ne sachant pas où aller ni quoi faire. Un treizième les invite à avancer, aller droit devant eux, droit dans le mur peut-être. Ils semblent avoir perdu tout sens de vie. Ensemble, comme une foule compacte et solidaire, dont émergent parfois d’étonnantes singularités, mais surtout seuls… Tous égarés, en quête de sens, de l’autre, ou tout du moins d’un chemin, ils sont enfermés dans cet endroit vide. Ils cherchent à savoir s’il y a une sortie. Une troupe atypique et émouvante, conduite comme un navire au milieu des flots et qui dessine une voie originale et d’une profonde humanité. « OH ! est une rencontre entre le rythme des mots, des corps, du son et du silence de douze acteurs et un musicien dans un pleins feux, sur un plateau que l’on dit « nu » au théâtre mais rempli par tous ces corps. Mots, corps et sons se juxtaposent en direct pour dire l’impossible, le réel et le silence. Un spectacle d’une troublante beauté au fil duquel le rire permet de dépasser l’angoisse. Et qui offre à croire encore profondément en l’humanité. » Virginie Marouzé

Créée en 2005 par Virginie Marouzé, la Cie Tout va bien ! met l’improvisation et l’écriture au plateau au centre de son processus créatif. Depuis avril 2018, la compagnie assure le volet artistique et production du DASAT (Dispositif d’Accompagnement par un Service d’Aide par le Travail) « La Mue du Lotus » qui professionnalise onze acteurs en situation de handicap mental et psychique. Elle est en partenariat avec le CAP’s de Rosières aux Salines qui en porte le volet social et l’association Espoir 54 qui apporte son accompagnement sur la partie handicap psychique.
Anthony Laguerre est musicien, compositeur, improvisateur et ingénieur du son. Il évolue dans des musiques telles que le noise, le rock mais aussi la musique improvisée. Les deux côtés du son, musicien et technicien, technicien et musicien, se rencontrent pour faire naître une seule pensée artistique qui lui permet de réaliser ses propres productions : de la conception à la réalisation.

presse : « OH ! est un spectacle dont on ressort pétri d’images fortes. Il ne s’agit pas de dire que le DASAT est un tabou, mais de prouver que les acteurs sont dans la recherche de leur singularité artistique Leur particularité est là, et ils font régulièrement chavirer le bateau, on est surpris en permanence et c’est formidable ! » Culture/Grand Est

OH !

Virginie Marouzé, que l’on connaît pour son travail avec des acteurs en situation de handicap (La passée, diffusée sur la saison 2017/2018 à Verdun) revient avec une nouvelle œuvre : une troupe atypique et émouvante, conduite comme un navire au milieu des flots et qui dessine une voie originale et d’une profonde humanité.

Un plateau nu, douze personnages ne sachant pas où aller ni quoi faire. Un treizième les invite à avancer, aller droit devant eux, droit dans le mur peut-être. Ils semblent avoir perdu tout sens de vie. Ensemble, comme une foule compacte et solidaire, dont émergent parfois d’étonnantes singularités, mais surtout seuls… Tous égarés, en quête de sens, de l’autre, ou tout du moins d’un chemin, ils sont enfermés dans cet endroit vide. Ils cherchent à savoir s’il y a une sortie. Une troupe atypique et émouvante, conduite comme un navire au milieu des flots et qui dessine une voie originale et d’une profonde humanité. « OH ! est une rencontre entre le rythme des mots, des corps, du son et du silence de douze acteurs et un musicien dans un pleins feux, sur un plateau que l’on dit « nu » au théâtre mais rempli par tous ces corps. Mots, corps et sons se juxtaposent en direct pour dire l’impossible, le réel et le silence. Un spectacle d’une troublante beauté au fil duquel le rire permet de dépasser l’angoisse. Et qui offre à croire encore profondément en l’humanité. » Virginie Marouzé

Créée en 2005 par Virginie Marouzé, la Cie Tout va bien ! met l’improvisation et l’écriture au plateau au centre de son processus créatif. Depuis avril 2018, la compagnie assure le volet artistique et production du DASAT (Dispositif d’Accompagnement par un Service d’Aide par le Travail) « La Mue du Lotus » qui professionnalise onze acteurs en situation de handicap mental et psychique. Elle est en partenariat avec le CAP’s de Rosières aux Salines qui en porte le volet social et l’association Espoir 54 qui apporte son accompagnement sur la partie handicap psychique.
Anthony Laguerre est musicien, compositeur, improvisateur et ingénieur du son. Il évolue dans des musiques telles que le noise, le rock mais aussi la musique improvisée. Les deux côtés du son, musicien et technicien, technicien et musicien, se rencontrent pour faire naître une seule pensée artistique qui lui permet de réaliser ses propres productions : de la conception à la réalisation.

presse : « OH ! est un spectacle dont on ressort pétri d’images fortes. Il ne s’agit pas de dire que le DASAT est un tabou, mais de prouver que les acteurs sont dans la recherche de leur singularité artistique Leur particularité est là, et ils font régulièrement chavirer le bateau, on est surpris en permanence et c’est formidable ! » Culture/Grand Est

L’absence de guerre

Aurélie Van Den Daele et ses talentueux complices du Deug Doen Group adaptent aevc énergie l’oeuvre de David Hare, décrivant l’échec des travaillistes à l’élection générale de 1992 au Royaume-Uni. Cette
« mise en scène audacieuse et rock’n roll » (Le Figaro) interroge la question de la politique aujourd’hui. Sitcom ou tragédie ?

Angleterre. Hier. Après des années de thatchérisme, des élections sont déclenchées et George Jones, leader de l’opposition ne peut que remporter ces élections : il doit gagner. Et pourtant... « Pour lutter contre l’effondrement de notre démocratie, contre l’effacement du fond au profit de la forme et pour combattre le culte de l’image, j’ai choisi de me plonger dans cette pièce qui met en scène un moment de bascule : celui où le fond du débat politique s’est effacé au profit de la forme. L’Absence de guerre est un thriller politique qui nous transporte dans un monde étrangement semblable au nôtre. Un monde où notre machine démocratique s’est sclérosée, perdant son sens. Mais l’intrigue est aussi pleinement humaine : l’ennemi politique du départ, le leader des conservateurs, est comme l’arbre qui cache la forêt. Les coups de feu viennent toujours du camp de George. » Aurélie Van Dan Daele

Le DEUG DOEN GROUP (DDG) est un groupe de travail. Artistiquement il réunit des forces vives de la création : un collectif technique, le collectif INVIVO qui conçoit les dispositifs scéniques (scénographie, lumières et vidéo, son), des interprètes, des auteurs et des dramaturges autour d’une metteure en scène à l’initiative des projets : Aurélie Van Den Daele. Elle est artiste associée au Théâtre de l’Aquarium, et à la Ferme de Bel Ebat-Théâtre de Guyancourt. A partir de 2019, elle sera artiste associée au Centre Dramatique National de Montluçon et à la Faïencerie de Creil.

presse : « La scénographie particulièrement brillante fait le lien entre les projections sur écran et présence des acteurs sur scène. La caméra violente d’une certaine façon notre perception. Elle agit comme une araignée, gobeuse de mouches qui cerne de toutes parts les protagonistes. La démonstration est imparable, cyniquement effrayante. Elle interpellera tout citoyen » Le Monde